Catégories

Quels sont les principaux indicateurs sociaux ?

Quels sont les principaux indicateurs sociaux ?

Pour apprécier l’évolution d’une société, il est important d’évaluer certains paramètres, et ce, en comparaison sur une certaine période. Ces comparaisons se font suivant plusieurs outils techniques et propres à chaque secteur. De manière générale, les indicateurs sociaux sont un outil capital dans cette évaluation de performance. Quels sont les principaux indicateurs sociaux ? Pour les connaître, lisez ce qui suit.

L’effectif du personnel

La taille de votre effectif est le premier indicateur social dont il faut tenir compte. Dans le cadre d’une entreprise, elle représente la taille du personnel. Elle renseigne sur le type d’entreprise et bien évidemment sur sa capacité à employer de la ressource humaine.

A voir aussi : Où en est ma demande de prime d'activité ?

Encore appelé démographie, ce critère peut permettre de comparer l’évolution de l’entreprise au cours d’une certaine période. Ainsi, vous comparerez le nombre d’employés d’il y a 2 ans avec le nombre aujourd’hui.

Il est aussi possible de tenir compte de certains critères de classification. Il s’agit par exemple du sexe afin de déterminer s’il y a une certaine approche du genre qui est pratiqué. L’âge aussi est un critère qui permet de déterminer la jeunesse ou l’expérience d’une entreprise.

Lire également : Entrepreneuriat : diversifier ses actifs grâce au trading boursier en ligne

Cela peut permettre d’anticiper un recrutement si les départs en raison de l’âge de la retraite sont massifs. Vous pouvez aussi analyser l’effectif en fonction de la zone géographique.

Le flux d’entrée et de sortie

Au-delà de l’effectif, il est aussi important de tenir compte des mouvements au sein du personnel dans le cadre d’une entreprise. Au sujet des entrées, vous pouvez analyser le nombre de personnes recrutées sur une période donnée.

Cela offre l’avantage de disposer d’une facilité à cerner le besoin du personnel. Au plan d’une nation, il s’agira de ramener cela au taux d’employabilité pour apprécier le taux de chômage. Vous pouvez à ce niveau faire une différence entre les contrats à durée déterminée et les contrats à durée indéterminée.
Le type de contrat renseigne par exemple sur la sécurité de l’emploi. Ainsi, vous pouvez facilement relever le taux de précarité du travail pour certains membres du personnel ou des travailleurs en général.

En termes de sortie, il peut s’agir des départs volontaires, des départs en retraite ou même des licenciements. Les cas des départs volontaires sont souvent liés à une crise généralisée.

Les rémunérations : un point à ne pas négliger

L’un des indicateurs sociaux utiles est l’ensemble des rémunérations des travailleurs. Ce volet est très capital et très délicat en raison des subtilités qui le composent. La rémunération n’est pas juste un salaire mensuel. Il existe plusieurs types de rémunérations.

Vous avez dans un premier temps la masse salariale qui a rapport au revenu fixe des travailleurs. Cela permet également de toucher du doigt le niveau de rémunération d’une entreprise par rapport à celui d’une autre entreprise du même secteur et dans le même pays. Ces détails sont importants en raison des planchers salariaux qui varient d’un pays à l’autre.

Vous avez aussi la charge du personnel qui permet d’apprécier le niveau de formation et d’attention accordé au perfectionnement. En effet, ce budget est en partie destiné à améliorer les capacités et les performances des travailleurs. Le capital humain est une fois de plus au centre de ces indicateurs sociaux.

L’organisation du travail

Il existe plusieurs manières de travailler. C’est d’ailleurs la véritable raison des désaccords entre les organismes et les populations lorsqu’on annonce des baisses de chômage. En réalité, toute tâche, qu’elle soit de longue durée ou de courte durée est considéré comme travail tant que cette mission est rémunérée. Ainsi, l’analyse de l’organisation du travail prendra en compte les travailleurs à temps plein et les travailleurs à temps partiel.

Une entreprise qui n’embauche que du personnel à temps plein pourrait être considérée comme fermée et susceptible de trop exploiter son personnel. Par contre, une entreprise qui a une organisation impliquant les travailleurs à temps partiel est plus ouverte et augmente sa productivité. Une telle entreprise est également plus ouverte à faire du turn-over et à accorder du temps de repos à ses travailleurs.

Ce type de critère prend en compte également la masse horaire hebdomadaire de travail et les heures supplémentaires.

Articles similaires

Lire aussi x