Catégories

Quels sont les statuts d’une société ?

Quels sont les statuts d’une société ?

Vous souhaitez démarrer votre entreprise et vous poser des questions sur la forme juridique de votre entreprise. Pour vous aider à y parvenir, nous vous présenterons les avantages et les inconvénients des différentes voies juridiques en Suisse. Nous vous donnerons ensuite des conseils sur la forme juridique appropriée à votre projet entrepreneurial. Quelle est la forme juridique idéale pour mon entreprise ?

Pour répondre à cette question complexe, plusieurs paramètres prennent en compte : le type d’activité exécutée, le nombre de partenaires, le degré de responsabilité des partenaires ou le capital disponible. pour que vous puissiez le lancer.

A lire également : Qui fait les statuts d'une SCI ?

Le Code suisse des obligations (ou CO) définit les formes juridiques en Suisse. Il y a 4 principaux : RI, SNC, LLC et SA . Vous devez choisir parmi l’une des catégories CO. Il y en a d’autres, non traités ici parce que très rarement trouvés.

Nous pouvons distinguer deux grands types d’entreprises Sociétés de capitaux vs propriétaires exclusifs  :

A découvrir également : Quel capital social pour une SASU ?

  • Les motifs individuels (ISs) et les partenariats généraux (SNC) sont des propriétaires exclusifs dans lesquels aucune distinction n’est faite entre entrepreneur et entreprise. Les actifs du propriétaire et de l’entreprise ne sont donc qu’un seul.
  • Les sociétés à responsabilité limitée (LLC) et les sociétés à responsabilité limitée (SA) : Les actifs de l’entrepreneur et de la société sont séparés parce que ces sociétés sont des entités juridiques possédant leur propre personnalité juridique.

Comment choisir votre forme fraîche ?

La création d’un les entreprises exigent de prendre en compte de nombreux critères. Voici une liste courte et non exhaustive :

  1. Capital initial  : Il est utile de prendre en compte les besoins en capital de votre projet au cours des cinq prochaines années. LLC et SA exigent un capital social de départ minimum imposé par la loi.
  2. Responsabilité et risque : Il est logique de créer une LLC si vous prenez des risques dans vos opérations commerciales.
  3. Indépendance de l’ entrepreneur : Il est important de déterminer si l’entrepreneur a l’intention d’opérer seul ou en collaboration avec des partenaires. Veut-il incorporer des investisseurs dans son capital ?
  4. Fiscalité  : Elle diffère selon le type d’entreprise. Une analyse doit être effectuée car le type de taxation est très différent entre les entités juridiques et les propriétaires exclusifs.

Avantages et inconvénients

Partenariats — IR et SNC

Les partenariats (RI et SNC) présentent plusieurs avantages et inconvénients. La raison individuelle est la société personnelle la plus répandue en Suisse. C’est le fameux statut indépendant.

Avantages

  • Formalités de fondation bon marché
  • Absence de capital minimum pour la création
  • Inscription au registre des entreprises optionnel jusqu’à 100 000 CHF de chiffre d’affaires
  • Légèreté et flexibilité des structures
  • Imposition unique sur le seul entrepreneur et sa fortune

Inconvénients

  • Succession plus difficile à établir
  • La richesse de l’entrepreneur détermine le capital. Entrées externes moins faciles à gérer
  • Aucune distinction entre le directeur de la société et son activité : responsabilité personnelle et illimitée

Sociétés de capitaux — SA et Sàrl

Les sociétés à responsabilité limitée (LLC) et la société à responsabilité limitée (SA) sont deux formes juridique distinct des sociétés de capitaux. La responsabilité de l’entrepreneur est limitée à cela, car elle est définie à la hauteur du capital. Les biens propres et privés (actifs privés) sont donc protégés. Voici quelques-uns des avantages et des inconvénients d’une LLC et d’une SA.

Avantages

  • Seul le capital impliqué dans l’entreprise détermine la responsabilité de l’entrepreneur
  • Peut être créé par une ou plusieurs personnes
  • Motif choisi librement par le
  • En raison de son statut d’employé de l’entreprise, l’entrepreneur peut demander des prestations de chômage en cotisant à l’assurance-chômage
  • Pour SA : l’anonymat des actionnaires est garanti

Inconvénients

    • Contribution minimale indispensable
    • Double imposition sur les bénéfices des entreprises et les dividendes des créateurs
    • Structure lourde avec de nombreuses obligations juridiques et comptables
    • La liquidation de l’entreprise est un processus long

Choisir une forme cool : nos conseils

Quel est donc le statut idéal pour mon projet ? Tout dépend de vous et de vos objectifs à court et moyen terme. La création est un problème où chacun a une solution qui vous convient et qui n’est pas nécessairement la même que son voisin.

Indépendant : un statut simple et flexible

Être indépendant a l’avantage d’être libre dans la prise de décisions liées à votre entreprise. En outre, il n’y a pas de capital minimum à verser au début de l’activité. Les formalités de création sont également relativement simples. De plus, un indépendant peut transformer son mobile individuel en LLC, si désiré. Rien n’est gelé ou irréversible. Toutefois, ces transformations entraînent des conséquences fiscales importantes. Nous vous recommandons d’être accompagné d’un administrateur ou expert dans ce domaine pour en savoir plus.

Un autre avantage est qu’être indépendant n’implique pas une double imposition des bénéfices, comme c’est le cas pour un SA ou un Sàrl. Ces dernières sont imposées sur les bénéfices en tant que société et l’actionnaire est également imposé sur les revenus de la société. Il s’agit d’une double imposition : sur les bénéfices de l’entreprise et sur le revenu de l’entrepreneur (salaire et dividende).

Attention, cependant, à ne pas oublier qu’être indépendant signifie avoir une responsabilité illimitée. Vous impliquez vos actifs et tous vos propres actifs, qu’ils soient professionnels ou personnels. En cas de dettes, rien ne vous épargnera. Il s’agit donc d’un danger potentiel d’être bien évalué afin de vous protéger autant que possible des caprices de toute activité entrepreneuriale.

Enfin, si vous envisagez de vous associer à un partenaire à l’avenir, vous devrez adapter la forme de votre entreprise et passer à SARL ou SA. Dans ce cas, cela vaut la peine il vaut la peine d’envisager d’ouvrir une LLC dès le départ pour éviter les tracas administratifs et les coûts associés à ce type de transformations.

LLC et SA : Entreprendre en toute sérénité

Vous souhaitez démarrer votre entreprise et opter pour une société de capitaux. Vous devez donc choisir entre SARL et SA.

La Sàrl peut être créée par une ou plusieurs personnes, qu’elles soient naturelles ou légales. Votre inscription au registre du commerce est conditionnée à un capital minimum de 20 000 CHF, entièrement payé et dont le dépôt doit être effectué sur un compte de livraison auprès d’une banque en Suisse. La création de la SARL se fait de manière authentique avec un notaire suisse. L’enregistrement au registre du commerce est obligatoire en vertu de l’article 779, paragraphe 1 du Code des obligations.

Les statuts de Sàrl doivent contenir des informations relatives à la situation de la société, au siège social et au siège social, à la valeur du capital social et des actions et à l’objectif de la société. Il doit également être inclus dans les statuts, droits et obligations des partenaires. Sàrl est imposé sur l’impôt fédéral direct (DFI) sur les bénéfices et l’impôt cantonal sur les bénéfices et le capital (ICC).

Les différences entre une LLC et une SA se situent principalement dans les domaines suivants :

  • L’anonymat des actionnaires : comme son nom l’indique, la société anonyme autorise l’anonymat des actionnaires détenant les actions ;
  • Le capital social de départ : doit être égal à un minimum de 100 000 CHF. Une libération partielle de 50 % est possible.

Le principal avantage de ces structures est évidemment lié à la limitation de la responsabilité des entrepreneurs. De plus, ils permettent aux fondateurs d’amener facilement de nouveaux actionnaires. Enfin, il est important de noter que les gains en capital sont exonérés d’impôt en Suisse , ce qui constitue un avantage important pour l’homme d’affaires qui souhaite un jour vendre des actions de votre entreprise.

Puis-je modifier le statut juridique de mon entreprise ?

La réponse est oui, dans la plupart des cas : vous pouvez transformer un SA en LLC et vice versa et transformer une raison individuelle en LLC ou SA. Attention, cependant, il ne sera pas possible de changer la société de capitaux (SARL ou SA) en société de personnes (RI ou SNC).

Vous avez toujours des questions sur la façon de démarrer une entreprise. Vous trouverez vos réponses dans notre foire aux questions.

Voulez-vous démarrer votre entreprise ? Notre prix est de 490.- CHF TTC, quelle que soit sa structure juridique. En conclusion

Le choix de la forme juridique n’est pas l’étape la plus difficile dans la création et le développement d’une entreprise. Vous devez vous concentrer sur le contenu de votre activité. Pour faire votre choix, tenez compte de la protection financière et sociale de votre entreprise. Vous pouvez apporter des modifications si vous le souhaitez.

Articles similaires

Lire aussi x

Show Buttons
Hide Buttons